Territoire non cédé

Par yansanmo@progysm.com

2023-01-17 10:01:00

On parle souvent de l'île de Montréal comme un territoire non cédé (si on veut lire du débât, voir l'article de Radio-Canada vs l'article de la société st-jean baptiste). Mais du point de vue des animaux, quand est-il ?

Quelle était la population animale avant l'arrivée de l'espèce humaine sur l'île?
Pourquoi les humains prennent le contrôle d'un territoire et empêchent toutes les grandes espèces animales ou "nuisible selon ces propres critères" de vivre sur ce territoire. Par exemple, tout ours/orignal/loup qui pourrait s'aventurer sur l'île sera relocalisé assez rapidement pour sa sécurité (collision avec les voitures) et la sécurité des humains et animaux de compagnie. La cohabitation du coyote est très difficile dans le nord de Montréal mais le fait que le coyote à la taille d'un chien aide en sa faveur.
Quel est l'impact du colonialisme (l'établissement de maison, ferme, usine, introduction d'espèce non indigène pour leur exploitation ou pour leur compagnie), de la construction de route humaine qui coupe tout déplacement sécuritaire des animaux sur ce territoire?
Où est-ce que les humains pourraient vivre ?
Comment les humains pourraient vivre sur un territoire équitablement partagé avec les autres espèces animales et assurer la sécurité de chacun ?


<<Précédente


Ajout d'un commentaire