Un pacte de compromis...

Par yansanmo

2018-11-20 10:33:30

Comme toujours je réfléchis continuellement à une solution. Pas à une solution miracle, il n'y a pas de miracles. Et je n'en trouve pas vraiment, du moins, pas qui me satisfait pleinement. Toujours des choix, des manques de choix et des compromis. Voter pour le moins pire, s'abstenir parce qu'on n'a pas ce qu'on veut. On prend une décision, ça aide un aspect, ça complique un autre. J'essaie d'avoir des principes, des lignes directrices. Il y a souvent des contradictions entre elles.

Parfois je décide de bloquer/boycotter quelques choses. Décision basée à la fois sur des réflexions, des sentiments et des coups de tête. J'en ressens toutes les répercussions à long terme parce que je suis bon pour tenir mon bout. Je tiens encore à des décisions que j'ai fait à l'adolescence. Je suis influencé par les autres, mais pas nécessairement par les personnes proches, je recherche à être différent, mais à ressembler à certains. Toujours des conflits dans ma tête. Je vais demander l'opinion des autres, mais je me fous de ce que les autres pensent une fois que j'ai choisi. Si tu choisies quelques choses de trop spécifique, tu te retrouves isolé ou dans un cercle restreint d'amis.

Or, avec tout ce qui se passe avec le climat, la pollution, les problèmes financiers, je me dis que j'ai eu raison pour certains choix. J'ai eu raison même si ce n'était pas l'idée populaire quand j'ai fait ces choix. Même si ça m'a isolé. Ce n'était peut-être pas seulement mes choix qui m'isolaient mais ma personnalité. Ou un peu des deux. Par contre, j'avoue que je me retrouve souvent dans des cercles vicieux. Cependant, j'aurais tomber dans des pires cercles vicieux en choisissant le contraire. Parfois, je bloque face à des choix, je me mets à calculer le coût à long terme, c'est paralysant. Je préfère ne rien faire, attendre d'avoir de l'aide.

À force de faire des choix personnels, d'essayer d'évoluer, de comprendre qui je suis, je me rends compte que j'ai négligé le social et qu'aujourd'hui le social m'empêche de vivre pleinement mes décisions. C'est simple pour un individu de changer. La société bouge beaucoup plus lentement.

Prenons un peu les points du pacte.

  • réduire la consommation de pétrole - diminuer l'utilisation de la voiture: je n'aimais pas les voitures adolescents, je n'ai pas eu de permis à 17 ans, j'ai fait au cours de ma vie des choix pour ne pas utiliser de voiture (résidence près de l'école, appartement près d'un métro, emploi à salaire moins élevé). Or à 36 ans, je n'ai toujours pas mon permis (j'ai un permis d'apprenti-conducteur depuis 2 ans), j'ai une peur bleue de passer le test officiel. Et si jamais je causait un accident, je ne me le pardonnerais pas. J'attends toujours pour les autos électriques. J'évite beaucoup de visites chez des parents ou des amis pour cette raison.
  • priorisé le transport collectif/actif : je me déplace principalement à pied, parfois des balades en vélos (mais pas au quotidien), je déteste les autobus ICE, je priorise le métro. Je m'habille plus chaudement en hiver, donc, pas nécessairement en veston/cravate/soulier chic dans des soirées. Ça limite un peu où tu peux aller, tes choix de sorties, les activités que tu peux faire et ton choix vestimentaires.
  • priorisé le télé-travail: 10 ans de télé-travail... j'en ai un peu marre de ne voir personne quand je travail. Ça m'oblige de faire des sorties pour voir du monde. Mais bon, télétravail, ça implique des bons moyens de télé-communication, ça restreint donc certaines régions éloignées, Il faut une bonne installation de câbles, d'antenne, de l'électricité, le chauffage d'une pièce/appartement pour une seule personne. Ça réduit aussi terriblement l’interaction humaine. Ça complique la séparation du travail et de la vie personnelle.
  • réduire l'utilisation de l'avion: j'ai fait un seul voyage en avion, en France, pour aller voir quelqu'un, je suis devenu végane après ça. J'ai compensé les émissions du vol en payant un montant sur un site web. Je ne sais pas si je vais faire d'autres voyages encore. Refuser de faire des voyages, c'est avoir moins d'expérience des autres cultures, refuser de passer des semaines privilégiées avec la famille ou des amis, refuser de rencontrer des femmes qui adorent voyager (je parle des sites de rencontre). C'est aussi se contenter des récits d'aventures des amis, des films, des nouvelles de l'étranger.
  • améliorer la performance écoénergétique de mon habitation : j'ai fait des travaux sur ma maison l'an passé, on a isolé au maximum, installer un nouveau toit, j'ai essayé de recycler ou de donner le plus possibles les matériaux, malgré tout, j'ai eu quelques tonnes de déchets avec les anciens matériaux. Ça coûte moins cher de chauffage, mais je regrette un peu tout ce qu'on a dû jeté pour y arriver. On a aussi changer le système au mazout pour un système électrique.
  • Désinvestir mes épargnes du secteur des énergies fossiles : j'ai refusé des placements à plus hauts taux d'intérêts chez Desjardins. Je refuse d'investir dans la bourse. L'argent n'a pas d'odeur et s'en va malgré tout un peu partout...
  • Réduire ma consommation/production de déchet/gaspillage : ma première réaction quand on m'offre quelques choses est de dire non. Ensuite, si on insiste, je réévalue. J'essaie de faire ma part, mais je suis confronté le plus souvent à des produits qui produisent des déchets dans les magasins. Ça m'hérite au plus au point. J'évite plusieurs produits emballés dans du plastique, mais ça m'inquiète parfois pour ma santé (ça réduit la diversité de produits que je peux consommer). Je suis toujours à la recherche de produits sans emballage, mais ça implique de faire mon marché dans 5 ou 6 épiceries. Et puis, il faut souvent faire le compromis entre épicerie en vrac, épicerie végane et produit locaux... On ne peut pas avoir tout à la même adresse ?
  • Réduire ma consommation de viande : ça fait depuis 2000 que je ne consommes pas de viande, je vois mal comment je pourrais diminuer quand je suis à "0". Or, avec une consommation zéro, la vie sociale en prend un coup quand on est à l'extérieur des grandes villes comme Montréal. Pas de restos, pas d'associations. Les repas deviennent difficiles, ça cause de l'isolement un peu, jusqu'à ce que tout le monde s'y mette.
  • Choisir les produits locaux et biologiques : toujours le problème entre locaux + emballé, biologique + non locaux, emballé + biologique, pas d'étiquettes sur la provenance des produits (ou des mauvaises informations)... Je veux que ça soit simple.

  • Calculateur d'empreinte écologique : généralement les calculateurs sont terriblement simplistes, le monde est beaucoup plus compliqués. On fait des choix occasionnellement qui peuvent créer un chaos dans les calculs. Et il n'y a pas vraiment d'outil efficace aujourd'hui pour calculer son empreinte.
  • Engagement citoyen : j'ai essayé les nettoies-t-on, la republication d'articles, de m'intéresser à la politique municipale, de faire des manifestations, de signer des lettres... mais j'ai toujours du mal à m'impliquer dans des groupes communautaires.

<<Précédente


Liste des commentaires

  • Suzanne (2018-11-20 10:52:00) #277 (Répondre)
    Tellement de beaux efforts! Courage, la société va suivre...
Ajout d'un commentaire